Le confiseur allemand Haribo va supprimer 15 % de ses effectifs en France

Le géant allemand du bonbon Haribo va supprimer une centaine de postes en France d’ici fin 2018 malgré la très bonne situation financière de l’entreprise dans l’Hexagone. Le confiseur a décidé de partir à l’assaut du marché nord-américain.

Le confiseur allemand Haribo va supprimer d’ici fin 2018 une centaine de postes en France, soit 15 % de ses effectifs dans l’Hexagone, a indiqué le président de Haribo France, Jean-Philippe André au journal Le Monde, lundi 3 mars, soulignant que les départs volontaires et en préretraite seront privilégiés.

“Il y avait un véritable décalage entre la très bonne situation financière de l’entreprise et le plan de restructuration”, a-t-il admis, alors que la filiale française a vu son chiffre d’affaires doubler en dix ans (250 millions d’euros).

Un nouveau projet aux États-Unis

La signature d’un accord a permis de maintenir les deux sites de production du groupe en France, à Uzès et à Marseille. “Si nous n’avions pas signé l’accord, nous aurions dû fermer un des deux sites avant 2020”, précise Jean-Philippe André, qui indique que les salariés des deux sites se sont prononcés par référendum.

“Cette réorganisation en France intervient alors que le groupe détenu par la famille Riegel, et dirigé par Hans-Guido Riegel, petit-fils du fondateur, s’apprête à ouvrir, cette année, une nouvelle usine en Allemagne d’une capacité de 75 000 tonnes. (…) Mais, avant même l’inauguration officielle de son usine géante, Haribo a déjà annoncé un nouveau projet industriel. L’objectif est de faire succomber les Américains à ses ours gélifiés”, détaille Le Monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *